ToiEtMoiEtc.com

Le blog qui a toutes ses dents

Trouvez un emploi étudiant


17 novembre 2012

Jeu : lorsque le plaisir prend fin

Les casinos ont été conçus, à l’origine, à des fins de divertissement. Mais le plaisir s’efface lorsqu’il laisse place à la dépendance au jeu. Avec l’augmentation du nombre d’addictions, dont la croissance est régulière, la réhabilitation atteint des prix excessifs, et faire des profits par le jeu devient une activité douteuse.

Nous avons tous entendu ce type d’histoire : un homme se rend à un casino et, chance du débutant oblige, il gagne 100 $. Incroyable. La semaine qui suit, l’homme retourne au casino, mais perd cette fois 50 $. Mais ce n’est que la moitié de ce qu’il a gagné la semaine précédente, et il continue donc. Au début, c’est uniquement un divertissement, mais avant même de s’en rendre compte, c’est devenu une habitude. Il gagne parfois, mais perd plus souvent encore. Peu de temps après, il prend de l’argent sur le compte épargne de sa famille, puis sur sa retraite et son héritage. Cela va servir à compenser les pertes astronomiques. Mais tout est loin d’être terminé, car il commence à emprunter de l’argent à ses proches, ses amis et ses collègues de travail. La pression monte et, pour une raison ou pour une autre, il reste sur l’idée qu’il lui suffit de gagner une seule fois le gros lot, à la prochaine main, la prochaine machine a sous, au prochain tour de roue ou jet de dés. Un autre scénario possible est qu’il se dise que ce sera sa dernière nuit au casino. Malheureusement, ses cartes de crédit vont plafonner et il sera contraint de faire faillite.

Ce type d’histoire n’est pas rare, surtout dans les pays où les jeux d’argent sont devenus légaux. Aux États-Unis, chaque état possède désormais son propre bateau-casino. De même, il est difficile d’imaginer qu’il y a à peine dix ans, les casinos se développaient seulement dans le Nevada, le New Jersey et à Atlantic City. Le jeu est devenu une source de revenus pour tous : les gouvernements, les œuvres caritatives, les églises, et même les ménages.

Le jeu fait aussi partie intégrante de la culture. En fait, les jeux d’argent ont été pratiqués dans de nombreuses cultures et pendant des siècles. À l’heure actuelle, au moins 80 % des Américains ont parié une fois dans leur vie, et nombre d’entre eux parient régulièrement. Le bon côté des choses, c’est que les jeux d’argent ont permis de créer des emplois, d’obtenir des fonds pour l’éducation et d’accroître la valeur de l’immobilier. Du côté des conséquences néfastes, plus de 2 % des Américains ont souffert, avec l’augmentation du jeu, de problèmes de jeu pathologique au moins une fois dans leur vie. Et de 3 à 5 % des Américains ont participé à une partie potentiellement dangereuse qui aurait pu mettre à mal leurs économies.

Le jeu pathologique est une maladie qui surgit chez les individus qui ont régulièrement des problèmes d’adaptation au jeu qui perturbent leur vie personnelle et familiale. Cela signifie qu’un joueur compulsif utilisera une grande partie de son temps et de son argent au risque de détériorer sa vie sociale. Il existe de nombreux joueurs compulsifs là où les casinos sont légaux et font partie de la culture. Et si vous connaissez l’un d’entre eux, vous pourrez voir la frontière étroite qui sépare le divertissement et le plaisir d’un côté, et les troubles personnels et sociaux de l’autre. Et n’importe qui peut franchir cette frontière.

20 août 2012

Jeu amusant sur android – Make a face

Simple et amusant : combinaison gagnante !

Dimanche matin, je fouillais parmi les applications les plus récentes ( … et méconnues ) sur GooglePlay lorsque je suis tombé sur “Make a Face”, du collectif “Frank & Co”.

Ce qui semblait n’être qu’un autre outil de création de visages s’est avéré être un joli petit bijou de créativité.

Premièrement, la qualité visuelle est particulièrement belle et simpliste. L’interface est extrêmement intuitive et aérée. C’est toujours un bon début.

Deuxièment, et ceci est une nouveauté pour ce type d’applications, nous pouvons placer les éléments ( yeux/nez/bouche ) ou bon nous semble… C’est une immense amélioration par rapport aux applications du même genre qui placent toujours ces items à des endroits pré-déterminés.

Amélioration simple mais qui permet de déployer toute notre créativité. Le Marlon Brando/Ogre de ma fillette de 4 ans en est la plus belle preuve artistique ;)

Et pour compléter, “Make a Face” nous permet, en un simple double-tap, de partager nos créations par courriel ou directement dans Facebook. La publication Facebook se fait via SSO donc si vous avez déjà installé l’application Facebook, vous n’avez pas besoin de taper votre nom d’usager ni votre mot-de-passe.

Simple, propre et efficace !

Essayez-le gratuitement
   

Ou achetez la version complète pour $ 0.99
    

Zack L’Enjoué

20 décembre 2011

Pourquoi les filles gèlent plus que les garçons?

Pourquoi les filles gèlent plus que les garçons?

Mais d’où vient cette différence de température entre les hommes et les femmes? Est-ce que les gars sont trop orgueilleux pour avouer ressentir le froid?

Il n’y a pas de différences fondamentales entre le métabolisme de l’homme et celui de la femme. Seul le confort thermique (c’est-à-dire la sensation « ni trop chaud, ni trop froid ») est perçu différemment. Concrètement, la température corporelle normale de l’humain, homme ou femme, se situe entre 36,5 0C et 37,5 0C. Cette température peut varier selon l’heure du jour. Elle est légèrement plus basse le matin et, chez les femmes, elle est plus haute de 0,5 0C après l’ovulation, ce qui accentue la sensation de froid jusqu’à la période des menstruations.

Lorsqu’il est exposé au froid, le corps humain cherche à réduire sa perte de chaleur en resserrant les vaisseaux sanguins, en particulier ceux des extrémités (mains, pieds, nez et oreilles), pour concentrer la circulation sanguine autour des organes vitaux (le cœur, le cerveau). C’est la vasoconstriction. Si ce système est identique pour les deux sexes, des différences nous divisent!

D’abord, les hommes possèdent une masse musculaire parfois de 50 % supérieure à celle des femmes, ce qui constitue une source d’énergie considérable de chaleur pour alimenter le mécanisme du frissonnement, qui est l’une des défenses du corps pour se réchauffer.

Mais ce n’est pas tout. Les femmes ont une couche de graisse mieux répartie pour parvenir à mieux irriguer leurs organes vitaux. En contrepartie, la vasoconstriction de leurs extrémités connaît de légers dysfonctionnements par rapport à celle des hommes.

Conséquence : elles ressentent davantage la différence de température entre leurs zones de chaleur, soit le tronc, où sont concentrés les organes vitaux, et leurs extrémités, d’où une impression de froid. Mais ce n’est qu’une sensation locale et, globalement, hommes et femmes réagissent de la même façon aux variations de température.

Les 10 commandements de la chaleur

Quand aux pieds tu auras froid, une tuque tu porteras.

Soixante-dix (70 %) de la chaleur de notre corps s’échappe par la tête. Le combiné idéal : une tuque mince pour les activités de plein air et une plus épaisse avec des oreilles pour les périodes de repos.

Immobile dans le froid tu ne resteras point.

Il n’est pas bon de rester trop longtemps sans bouger avec les pieds dans la neige et le visage au vent. On peut réactiver la circulation du sang en bougeant ses pieds et ses orteils, en frictionnant ses doigts et en faisant quelques étirements.

Des mitaines tu préféreras.

Les quatre doigts regroupés dans une mitaine conservent davantage la chaleur qu’écartés dans un gant. Si vous portez des gants pour conserver votre dextérité, recourbez vos doigts au niveau de la paume de la main dès que possible pour les regrouper et conserver votre chaleur.

Faim ou soif tu n’attendras pas.

Manger et boire fréquemment est important pour créer de l’énergie et… de la chaleur. En plus, vous éviterez la déshydratation.

Un feu de joie tu allumeras.

Celui-ci dégagera une chaleur importante pour un effort de fabrication relativement minime. Pensez à créer un mur réflecteur derrière vous avec du bois ou de la neige pour vous entourer de chaleur.

Deux manteaux plutôt qu’un tu apporteras.

Après une activité suante, changez de manteau ou, encore mieux, changez votre couche de base pour éviter que la transpiration refroidisse la température de votre corps. C’est la méthode « s’habiller en pelures d’oignon » qui demeure la meilleure solution.

Dans une bouteille hermétique tu te soulageras.

L’hiver, il ne faut jamais se retenir trop longtemps d’uriner, au risque de refroidir tout son corps. Certains utiliseront une bouteille hermétique comme bouillote pour réchauffer leur sac de couchage!!!

De coussins chauffants tu te couvriras.

Dans les gants ou les souliers/bottes, les hot pads sont efficaces et réconfortants. Pensez à les placer au niveau des poignets et en haut des chevilles pour mieux diffuser la chaleur à vos membres.

Du gingembre tu suceras.

Cette plante et sa racine possèdent des qualités cachées pour réchauffer le corps humain. Il suffit de sucer un morceau de gingembre pour créer une production calorifique au niveau de l’estomac. Une pincée de poivre dans une boisson peut aussi faire l’affaire.

Dans un bain tonifiant tu te réchaufferas.

Une fois à la maison, prendre un bain à base de gros sel permet de réchauffer et de stimuler l’organisme. Le sodium, qui a des propriétés anti-inflammatoires, et une décoction à base de menthe stimuleront la sensation de chaleur.

En plus de ces 10 commandements, les filles qui ont toujours froid et qui veulent augmenter leur chaleur corporelle pourront développer leur masse musculaire ou encore se réconforter auprès d’un ami!

Bon hiver!

10 février 2011

Voyager avec son animal de compagnie

Il est parfois difficile de se séparer de son compagnon favori aussi, l’option d’emmener son chat, chien, lapin ou hamster l’emporte relativement souvent, à hauteur de 61 % des propriétaires. Mais pour mener cette mission à bien, quelques règles de précaution s’imposent au risque de voir son fidèle ami passer ses vacances en quarantaine.

Avant le départ

Si vous prenez l’avion, la première des choses à faire est de vérifier auprès de sa compagnie aérienne si votre animal est admis dans le vol, que ce soit en cabine ou dans la soute. Renseignez vous bien car les compagnies n’appliquent pas les mêmes règles.

La visite chez le vétérinaire est la deuxième étape. Il faudra qu’il établisse un bilan de santé irréprochable, voire demander un permis d’entrée aux autorités du pays d’accueil.

Votre animal, doit, tout comme vous, disposer de ses papiers d’identité en règle : colliers, carnet de vaccination, acte du vétérinaire et photos en cas de perte.

En vous renseignant sur votre vol, pensez également à réserver une place, tout du moins à pensez à prévenir le personnel de bord au moment de l’embarquement. Un nombre de place limité est ainsi octroyé aux animaux en cabine. L’ASTA (association des agents de voyages américains) donnent de précieux conseils à cet égard et fait préciser que pour les vols aux USA, les animaux devront être parfaitement sevrés et âgés de huit semaines.

Au moment de le préparer pour le départ, veillez à ce qu’il soit nourri, qu’il ait de l’eau. Indiquez sur la cage, vos coordonnées, les flèches pour indiquer le haut et « LIVE ANIMAL »

Sur place

De la même manière qu’avec la compagnie aérienne, renseignez vous auprès du lieu de villégiature à Punta Cana par exemple. Parfois les hôteliers n’acceptent que dans certaines mesures : chambres en bout de couloir, animal silencieux… Pour la nourriture, vous pouvez demander si un supplément est possible ou si vous devez vous prévoir. Enfin, demander si votre animal est autorisé et quelles sont les règles en vigueur pour les maîtres, les espaces autorisés…

Enfin, sachez tout de même qu’il existe certaines réserves suivant les espèces. Si chat et chien sont assez courants, les petits animaux supportent mal le stress des déplacements, notamment les oiseaux. Les propriétaires de reptiles sont souvent découragés à cause des conditions draconiennes que suppose le transport de leurs animaux.

En voiture, vous êtes maître de votre animal, à vous de savoir comment prévenir le mal des transport, qui, malheureusement, touche souvent les chiens ou chats. Mais il n’est jamais trop tard pour laisser votre compagnon à des familles ou amis ! En tout cas, des conseils bien utiles sont dispensés sur Internet.

1 janvier 2011

Espacejeux.com truqué ou bugué?

Espacejeux.com serait-il truqué ou bugué?

Attention, si c’est le cas on parle de gros bug! Un bug qui pourrait réduire à néant la confiance des adeptes de jeux de casino en ligne.

J’y suis aussi allé faire un tour. Question de savoir de quoi on parle. À première vue, le site est très bien monté et la sécurité y semble assez forte.

Côté graphisme et animation ça ne semble pas si mal non plus. Probablement comparable aux autres casinos en ligne.

Il y a cependant quelque chose qui me chicotte, qui m’inquiète un peu. Une connaissance à moi s’est inscrit sur Espacejeux.com, le site de jeux en ligne du Casino de Montréal et a constaté une certaine irrégularité.

C’est au cour d’une partie de BlackJack qu’il est tombé à la renverse lorsqu’il a vu que pour une même partie, le jeu contenait 3 dix de carreau. Oui oui, 3!

Voici la photo qu’il a prise de son écran d’ordinateur…

 

Alors dites-moi, est-ce qu’on peut faire confiance à un casino en ligne qui soit truqué ? Disons pour resté correct, qu’.il y a yun bug dans le programme et que c’était pas intentionnel :-(

Avez-vous expérimenté quelque chose de semblable sur espacejeux.com ou sur un autre casino en ligne? Si oui, n’hésitez pas à nous en faire part.

« Précédent | Page suivante »